Bioaugmented Phytoremediation of Metal-Contaminated Soils and Sediments by Hemp and Giant Reed

Spread the love

Front Microbiol. 2021 Apr 20;12:645893. doi: 10.3389/fmicb.2021.645893. eCollection 2021.

ABSTRACT

We assessed the effects of EDTA and selected plant growth-promoting rhizobacteria (PGPR) on the phytoremediation of soils and sediments historically contaminated by Cr, Ni, and Cu. A total of 42 bacterial strains resistant to these heavy metals (HMs) were isolated and screened for PGP traits and metal bioaccumulation, and two Enterobacter spp. strains were finally selected. Phytoremediation pot experiments of 2 months duration were carried out with hemp (Cannabis sativa L.) and giant reed (Arundo donax L.) grown on soils and sediments respectively, comparing in both cases the effects of bioaugmentation with a single PGPR and EDTA addition on plant and root growth, plant HM uptake, HM leaching, as well as the changes that occurred in soil microbial communities (structure, biomass, and activity). Good removal percentages on a dry mass basis of Cr (0.4%), Ni (0.6%), and Cu (0.9%) were observed in giant reed while negligible values (<100‰) in hemp. In giant reed, HMs accumulated differentially in plant (rhizomes > > roots > leaves > stems) with largest quantities in rhizomes (Cr 0.6, Ni 3.7, and Cu 2.2 g plant-1). EDTA increased Ni and Cu translocation to aerial parts in both crops, despite that in sediments high HM concentrations in leachates were measured. PGPR did not impact fine root diameter distribution of both crops compared with control while EDTA negatively affected root diameter class length (DCL) distribution. Under HM contamination, giant reed roots become shorter (from 5.2 to 2.3 mm cm-3) while hemp roots become shorter and thickened from 0.13 to 0.26 mm. A consistent indirect effect of HM levels on the soil microbiome (diversity and activity) mediated by plant response (root DCL distribution) was observed. Multivariate analysis of bacterial diversity and activity revealed not only significant effects of plant and soil type (rhizosphere vs. bulk) but also a clear and similar differentiation of communities between control, EDTA, and PGPR treatments. We propose root DCL distribution as a key plant trait to understand detrimental effect of HMs on microbial communities. Positive evidence of the soil-microbe-plant interactions occurring when bioaugmentation with PGPR is associated with deep-rooting perennial crops makes this combination preferable over the one with chelating agents. Such knowledge might help to yield better bioaugmented bioremediation results in contaminated sites.

PMID:33959108 | PMC:PMC8096354 | DOI:10.3389/fmicb.2021.645893


Source: ncbi 2

Partage le savoir

L’article Bioaugmented Phytoremediation of Metal-Contaminated Soils and Sediments by Hemp and Giant Reed est apparu en premier sur .

Schaka

Related Posts

Connecticut Makes Headway on Cannabis Legalization (Sort Of): Week in Review

Detectability of cannabinoids in the serum samples of cannabis users: Indicators of recent cannabis use? A follow-up study

Cannabidiol-induced toxicity: who is the culprit?

325 patients sur 3000 ont été inclus dans l’expérimentation du cannabis médical

Signez la pétition !!!

 

842 signatures

Pétition ASBL Cannabis Belgique

Pourquoi une pétition ?

Nous sommes des personnes qui en avons assez de devoir aller dans la rue et avoir affaire à des réseaux criminels sans savoir où cela va nous conduire par après.

Nous sommes des personnes ayant des maladies, qui pour certaines sont rares, et utilisant pour médication le cannabis sous diverses formes (CBD,THC,THCv,CBDa,,,) sous l'accord de notre médecin.

Nous sommes des personnes responsables et honnêtes qui avons une vie épanouie et sans problèmes de vie ou sociaux.

Nous avons également une passion pour la plante de cannabis en elle-même et la cultiver est notre bonheur. De plus, nous pouvons nous soigner avec notre médication sans avoir peur des produits ou autres additifs contenus dans une plante que l'on peut trouver autre part.

Nous souhaitons pouvoir avoir notre médicament dans les normes de la santé publique, car un cannabis sain aide à réduire les frais de santé parfois conséquents pour la collectivité et le malade lui-même.

Nous sommes également des personnes responsables avec un rôle dans la société qui en avons assez d’être considérés comme des « hippies ou autres drogués », nous avons juste choisi notre médication et celle-ci a apporté les preuves de son efficacité dans le monde.

Nous connaissons déjà les produits dérivés comme le CBD et le THC que nous maîtrisons pour nous aider dans notre maladie « Je précise que nous ne sommes pas médecin et que nous nous basons sur 20 ans d’expérience médicale du cannabis des membres de notre ASBL et l'avis du médecin de famille ».

Nous désirons simplement ne plus nous cacher, et pouvoir aider les autres personnes le souhaitant.

Nous somme soucieux des ados et de la prévention à leur égard. Effectivement, nous sommes les acteurs parfaits pour répondre aux questions qu’ils se posent vu notre expérience cannabique et, de plus, nous pourrons leur expliquer les risques qu’ils encourent en achetant du cannabis dans la rue.

Le projet complet peut être demandé via mail " info@mcb.care " et sur le site internet : " http://mcb.care "

@ASBL McB

**votre signature**

Partagez avec vos amis

Articles récents

Catégories