Le marché légal du cannabis canadien infiltré par le crime organisé ?

Spread the love

Selon Enquête de Radio Canada, l’industrie canadienne du cannabis manquerait cruellement de transparence, ce qui aurait permis au crime organisé ou à des individus affiliés à des organisations criminelles de l’infiltrer. Cette découverte contraste avec le but affiché de la légalisation censée éradiquer le crime organisé en le privant de ses sources de profits. Si des individus en lien avec des organisations criminelles peuvent se reconvertir dans le business légal et servir de passerelle avec le milieu parallèle du trafic de stupéfiants, alors la légalisation devient en effet vaine.

La légalisation se fait sous l’égide de Santé Canada dont la mission est d’accorder des licences à des personnes vérifiées et qui ont fait l’objet d’un test de sécurité. Cependant, l’organisation fédérale n’est pas correctement équipée pour cela car sa mission première est de vérifier la qualité du produit. Qui plus est, des combines financières comme les fiducies familiales permettent de ne pas faire apparaître les noms de certaines parties prenantes.

Un système de vérification trop faible

Radio Canada n’a pas voulu divulguer les noms ni des personnes désignées ni des entreprises impliquées mais rapporte qu’un investisseur ayant investi dans une très grande entreprise de cannabis a entretenu des liens de longue date avec certains membres de la mafia et de grands trafiquants de drogue. Un autre homme d’affaires de la même compagnie aurait également des liens avec le clan Rizzuto, une famille mafieuse de Montréal. L’enquête signale un autre cas où une entreprise a été vendue à un individu dont l’entourage compte des trafiquants de drogue.

Pourtant, Santé Canada affirme ne posséder

View the Original article

error: Content is protected !!
%d blogueurs aiment cette page :