Le marché légal du cannabis en Oregon : chaotique et en surproduction

Spread the love

L’Oregon a légalisé le cannabis récréatif en 2015 mais à cause du manque d’anticipation et de régulation, le marché de l’Etat est devenu hors de contrôle. Une étude publiée récemment par Oregon-Idaho High Intensity Drug Trafficking Area, une coalition d’agences étatiques et fédérales qui récoltent des données sur le trafic de drogue, montre que l’excès de production considérable de l’Etat impacte négativement l’économie et l’environnement et alimente le trafic illégal dans les autres Etats.

Une surproduction massive

La capacité de production annuelle de l’Oregon est estimée à 911 000 kilos alors que la consommation annuelle en terme de demande sur le marché n’est que de 84 000 à 169 000 kilos. D’après les chiffres de l’étude, seulement 31% du cannabis disponible à la vente a été écoulé donc presque 70% du cannabis légal n’a pas été vendu. L’excès est souvent écoulé par d’autres voies et a notamment irrigué le marché illégal des Etats prohibitionnistes. Entre Juillet 2015 et Janvier 2018, la police a saisi environ 7 000 kilos de cannabis en transit vers 37 autres Etats. Vendu dans les rues, la valeur de ce stock atteint les 48 millions de dollar. Les produits illégaux issus de la production de l’Etat ont également irrigué le net, ils représenteraient environ 20% de l’activité suspecte sur internet dans l’Etat.

Un autre chiffre qui souligne la surproduction massive : en proportion, il existe environ un site de culture pour tous les 19 consommateurs. Seulement 10% de la population est consommatrice. Cette surabondance a provoqué une chute des prix d’environ 50%, constante depuis 2016, qui menace non seulement l’industrie du cannabis mais toute l’économie de l’Etat, notamment celle des comtés pauvres qui s’étaient engagés massivement dans la culture pour relancer leur économie. Les petites structures de production font faillite et de nombreux dispensaires mettent la clé sous la porte ou liquident leurs produits. Un producteur interrogé a déclaré avoir vendu 60 kilos de cannabis pour un prix de 100$.

Des problèmes de santé et de sécurité publique

Un des problèmes majeurs liés à l’aspect chaotique du marché est la prolifération d’installations de culture illégales, elles auraient produit de 2011 à 2016 l’équivalent de 2.1 milliards de dollar de cannabis. Entre Juillet 2015 et Janvier 2018, les autorités de l’Oregon ont découvert 64 laboratoires d’extraction clandestins dont 21 ont résulté en des explosions.

Parallèlement, le Centre Oréganais des Brûlures a reporté avoir dépensé 9,6 millions de dollar, entre Juillet 2015 et Janvier 2018, pour le traitement de patients brûlés gravement. En tout 71 personnes brûlées après des explosions du genre ont été soignées par le Centre, une d’entre elles est morte. Entre 2015 et 2016, le nombre de visites aux urgences pour des cas liés au cannabis a augmenté de 85% et les appels passés au Centre de Contrôle des Poisons sont passés de 103 en 2014 à 348 en 2016, la tachycardie étant la principale cause des appels.

Le manque de régulation en terme de publicité et de prévention de la jeunesse est également une source de préoccupations : en 2016 et 2017, 54,8% des adultes ont rapporté avoir été exposés à de la publicité pour le cannabis alors que seulement 29% ont rapporté avoir vu des informations sur les risques du cannabis sur la santé. La moitié des collégiens et lycéens interrogés ont également déclaré avoir vu des publicités pour le cannabis dans les trente précédents jours. L’Oregon autorise la publicité en ligne alors que 30% de l’audience est mineure, aucune régulation n’encadre le ciblage des publicités et leur fréquence et importance sur internet.

La surproduction a aussi un impact environnemental considérable car elle est très gourmande en ressources énergétiques : une plante consomme en moyenne 22,7 litres d’eau et nécessite 5,2 mégawatt par jour soit, à l’année, le double de la consommation en électricité d’un réfrigérateur. En conséquence, la culture d’une plante équivaut à 45 000 kilos de dioxyde de carbone rejetés chaque année, soit le taux d’émission moyen d’une voiture. La culture intensive de cannabis en Oregon est déjà en cause de la dégradation du Rogue River Basin qui se trouve en stress hydrique pour avoir été trop sollicité.

Le manquement des autorités et l’exaspération du procureur fédéral

Il a été reproché aux autorités oréganaises de mettre peu de moyens en œuvre pour limiter la surproduction et le marché illégal de la plante qui met en danger les Etats voisins et la population consommatrice. En comparaison, une étude publiée par le Centennial State estime que le marché du Colorado est en équilibre bien que les prix chutent également.

Le procureur fédéral, Billy Williams, avait annoncé plus tôt dans l’année qu’il allait prendre des mesures pour combattre le trafic illégal en provenance de son Etat. Il a dénoncé l’incapacité du gouvernement à contenir l’abondance de la production et souligné l’absence de ressources allouées à l’application des régulations.

Articles liés Les îles Mariannes du Nord : de la prohibition à la légalisation totale Oklahoma : fraude aux signatures pour le cannabis récréatif Une entreprise californienne crée (enfin) un

View the Original article

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

error: Content is protected !!
%d blogueurs aiment cette page :