Les nuisibles du cannabis : l’araignée rouge

Spread the love
  • L’araignée rouge (Tetranychus urticae) est l’un des fléaux les plus fréquents dans la culture de cannabis et également l’un des plus craints.
  • En effet, ces minuscules compagnons de voyage, très fréquents dans la culture en intérieur, sont capables d’anéantir votre récolte de cannabis si vous ne leur coupez pas les pieds à temps.
  • Nous vous expliquons par la suite tout ce que vous devez savoir sur cet arachnide gênant car, si vous vous lancez dans le noble art de l’autoproduction de cannabis, vous pouvez être quasiment sûr d’être touché par ce fléau. La clé pour faire en sorte qu’elles ne ruinent pas votre récolte est de les identifier à temps et d’agir rapidement. Entrons en matière.
fleaux frequents cultivation cannabis araigne

Comment identifier l’araignée rouge ?

Il est possible que cela vous soit difficile de voir cette petite araignée à l’œil nu. En effet, elles sont plutôt de petite taille et se placent à l’intérieur des feuilles. C’est pourquoi il ne vous sera pas facile de la détecter visuellement. Un signal très clair qui vous indiquera la présence de ces acariens microscopiques sur vos plantes de cannabis est l’apparition de petites taches jaunes ou translucides sur les feuilles. C’est la trace qu’elles laissent en s’alimentant car l’araignée rouge aspire les fluides vitaux de la plante de cannabis et cela se traduit par des pointillés jaunâtres très caractéristiques et faciles à reconnaître sur la partie supérieure des feuilles.

Si vous repérez ce type de « petits points jaunes » sur votre culture de cannabis, vous pouvez déterminer qu’il s’agit de l’araignée rouge en aspergeant d’eau l’envers de la feuille. Si l’infection est un peu avancée, vous pourrez ainsi voir les minuscules toiles d’araignée sur les tiges et les feuilles. Vous pouvez également utiliser une loupe car, avec une petite augmentation, cet acarien est visible pour l’œil humain sans problème. L’araignée rouge peut être de couleur jaune blanchâtre ou avec deux taches marrons, et ses œufs, translucides.

Les dommages de l’araignée rouge sur la plantation de cannabis

Ce type d’acarien s’alimente de la sève vitale des plantes. C’est un fléau qui affecte majoritairement les cultures exposées à de hautes températures (plus il y a de chaleur, plus elle se reproduit rapidement), et à travers l’aspiration, elles affaiblissent la vigueur générale de la plante et produisent une stagnation de ses fonctions métaboliques. En absorbant la sève des feuilles, ces dernières perdent leur fonction (elles ne peuvent pas produire de chlorophylle, empêchant ainsi le bon déroulement de la photosynthèse). Selon la progression du fléau, les dommages seront partiels ou complets. Si l’infection est avancée, les feuilles deviendront jaunes et tomberont.

Ce fléau augmente et s’étend très rapidement, et si des mesures ne sont pas prises rapidement, il peut tuer la plante. L’araignée rouge est un fléau très fréquent dans les cultures en intérieur et, même si elle attaque également les cultures de cannabis en extérieur, elle s’avère plus mortelle dans les cultures en intérieur car les chambres de culture ne supportent pas les prédateurs que l’on retrouve habituellement dans les écosystèmes naturels. Sur les cultures aux fléaux très avancés, les toiles d’araignée peuvent couvrir la plante.

Comment prévenir l’apparition de l’araignée rouge ?

Comme avec les autres fléaux et infections qui peuvent attaquer votre culture de cannabis, la meilleure manière de combattre l’araignée rouge est d’éviter qu’elle apparaisse. Voici les mesures que vous devez prendre pour éviter ce fléau :

  • Ménage : maintenez l’espace de culture propre et rangé. Désinfectez tous les jours l’ensemble des ustensiles que vous utilisez dans votre chambre de culture et changez de vêtement lorsque vous entrez dans l’espace pour éviter d’introduire un fléau venant de la rue. • Baignez les boutures ou les plantes en état végétatif : aspergez une fois avec de l’huile de neem de manière préventive.
  • Contrôlez l’humidité : l’araignée rouge se développe dans des milieux secs et à une température comprise entre 21 et 27 °C, et se reproduit à grande vitesse si la température dépasse les 27 degrés. Par conséquent, maintenez une température appropriée qui ne dépasse pas les 25 degrés et une humidité relative de 55-60 %.
  • Introduisez des acariens prédateurs : de manière préventive, vous pouvez utiliser le Neoseiulus (Amblyseius) californicus, un micro-acarien qui s’alimente d’autres acariens comme, par exemple, l’araignée rouge et qui est inoffensif pour les plantes. Appliqués et élevés correctement, ces acariens fonctionnent très bien car ils s’alimentent d’autres acariens et n’attaquent pas la matière végétale. Si vous optez pour cette méthode, vous devez savoir que ces prédateurs ne peuvent manger qu’une certaine quantité d’acariens par jour (20 œufs ou 5 adultes). Par conséquent, s’il y a déjà infection et qu’elle est très avancée, ils ne pourront pas l’arrêter tous seuls. Vous devez les répartir sur toutes les plantes car ils ont des difficultés à se déplacer d’une plante à l’autre.

Que faire si votre culture de cannabis a des araignées rouges ?

  • Renforcez les mesures de nettoyage.
  • Séparez les plantes infectées et faites en sorte que le fléau ne s’étende pas.
  • Retirez les feuilles affectées à plus de 50 % et jetez-les. Évitez de toucher d’autres parties de la plante ou d’autres plantes pendant ce processus pour ne pas propager l’infection.
  • Créez un environnement hostile en réduisant la température à 16 degrés et augmentez l’humidité.
  • Pulvérisez de l’eau froide sur les feuilles. Cela supprime littéralement les araignées. Si l’infection n’est pas très développée, vous pouvez également les retirer à la main à l’aide d’une petite éponge. Débarrassez-vous en une fois que vous avez terminé et lavez-vous bien les mains et tous les ustensiles que vous avez utilisés.
  • Vous pouvez utiliser des solutions organiques telles que :

1-De l’huile de neem: cela fonctionne très bien.

2-Du savon potassique: en général, il fonctionne bien. Deux à trois applications avec des intervalles de cinq à dix jours seront nécessaires.

3-De l’huile de pyrèthre: un grand allié pour contrôler ce fléau, un bon acaricide naturel que nous recommandons d’appliquer deux ou trois fois en laissant un intervalle de cinq jours entre chaque application.

error: Content is protected !!
%d blogueurs aiment cette page :