5 choses à savoir sur les autofloraisons

Spread the love

5 choses à savoir sur les graines à autofloraison
CULTURE
Les graines à autofloraison représentent une innovation relativement récente dans l’univers de la culture cannabique. Issues de souches C. ruderalis natives de Russie et d’Asie centrale, les plantes à autofloraison ne s’appuient pas sur les changements du cycle d’exposition à la lumière pour entamer leur floraison ; elles dépendent plutôt d’un ensemble différent de déclencheurs et fleurissent en fonction de l’âge et de la taille.

5 choses à savoir sur les graines à autofloraison

Qu’est-ce que C. ruderalis ?
Cannabis ruderalis est une troisième espèce (ou sous-espèce) supposée de cannabis que l’on trouve dans les hautes latitudes de l’hémisphère nord, en particulier en Russie. C. ruderalis est remarquable pour sa petite stature, ses faibles niveaux de cannabinoïdes, sa rusticité et sa résistance au froid, et bien sûr, pour sa tendance à fleurir indépendamment des cycles d’exposition à la lumière une fois qu’elle a atteint un âge et une taille spécifiques.

En raison du climat extrême de son habitat naturel et de sa courte période de croissance, le C. ruderalis a évolué pour germer, pousser, fleurir sur une courte période et n’attend pas que l’intensité lumineuse chute à la fin de l’été pour commencer sa floraison, puisqu’à cette période, les gelées auront déjà commencé à s’installer et les températures deviendront défavorables. En revanche, une fois que la plante aura produit quatre ou cinq branches et qu’elle aura atteint une hauteur d’environ 50 cm, elle commencera à fleurir.

Que sont les variétés et super variétés à autofloraison commerciales ?
Ces dix ou vingt dernières années, les obtenteurs ont essayé de croiser des gènes de C. ruderalis avec des souches recherchées à haute teneur en cannabinoïdes pour produire des hybrides à autofloraison commercialement rentables. Il est possible que certaines autres races primitives à autofloraison aient également joué un rôle dans le développement des premières variétés à autofloraison (dites « autos »), telles que la « Mexican Rudy » dans les cercles de culture qui, comme son nom l’indique, est une plante de type ruderalis que l’on trouve au Mexique. La Mexican Rudy a également servi à produire la LowRyder, l’une des premières souches à autofloraison commercialisées.

Le cannabis à autofloraison atteint habituellement une hauteur maximale de 50 cm.
Le cannabis à autofloraison atteint habituellement une hauteur maximale de 50 cm.
La première vague de variétés à autofloraison commerciales, dont la LowRyder, présentent habituellement une petite stature (elles atteignent généralement 40 cm de hauteur), une faible teneur en cannabinoïdes et manquent quelque peu de goût et de puissance. Toutefois, les générations successives de croisements et de rétrocroisements ont entraîné le développement d’une gamme de variétés très puissantes généralement appelées « super-autos ». En outre, les variétés « super-autos » sont habituellement plus grandes et touffues que les variétés à autofloraison standard et leur ancêtre ruderalis et peuvent atteindre 90 à 100 cm de hauteur. Une sélection de variétés automatiques et super-automatiques est disponible ici.

Les plantes à autofloraison n’ont pas besoin d’obscurité
Comme les plantes à autofloraison ne dépendent pas des changements du cycle d’exposition à la lumière pour commencer à fleurir, elles peuvent pousser avec un cycle d’exposition à la lumière compris entre 16/8 et 24/0. Un grand nombre de producteurs cultivent leurs plantes « autos » selon un cycle 24/0. Toutefois, certains producteurs pensent qu’un cycle supérieur à 18/6 est excessif et qu’il est possible de réduire la facture d’électricité sans impacter le rendement final si l’on suit ce cycle.

Il est également possible que certains processus hormonaux et métaboliques se produisent dans l’obscurité et que le fait d’accorder du « repos » à vos plantes pendant la nuit contribue à améliorer leur santé et leur vigueur. Cela est toutefois purement anecdotique et aucune preuve empirique ne vient appuyer ce fait, du moins dans le cas du cannabis à autofloraison.

Les variétés à autofloraison peuvent être cultivées en plein air tout au long de l’année
Si vous avez la chance de vivre sous un climat tempéré à chaud adapté à une culture en plein air, les possibilités de culture de variétés à autofloraison sont infinies. Puisqu’il ne faut généralement que 8 à 10 semaines depuis l’ensemencement jusqu’à la récolte, il est possible d’obtenir au moins cinq récoltes annuelles si les conditions sont favorables tout au long de l’année, et les variétés à autofloraison sont tellement rustiques qu’elles poussent bien tant qu’il ne gèle pas. Les variétés à autofloraison sont résistantes au gel, mais même la plante la plus rustique ne peut pas supporter des conditions de gel permanentes.

Les super variétés à autofloraison sont bien plus grandes que les variétés à autofloraison normales et peuvent atteindre 100 cm de hauteur.
Les super variétés à autofloraison sont bien plus grandes que les variétés à autofloraison normales et peuvent atteindre 100 cm de hauteur.
Toutefois, il est important de se rappeler que les variétés à autofloraison ne sont pas entièrement stabilisées dans tous les cas (seul l’achat de graines auprès de revendeurs réputés permet ici de limiter les risques) et peuvent nécessiter un temps beaucoup plus long que celui indiqué. Malgré cela, même les variétés à autofloraison qui mettent le plus de temps à pousser en plein air (dix-huit semaines de l’ensemencement à la récolte au maximum) restent convenables, comparées aux plantes cultivées en plein air qui dépendent de la photopériode et qui ont besoin d’au moins vingt semaines, en fonction de la souche.

Le clonage des graines à autofloraison est difficile
Les variétés de cannabis dépendantes de la photopériode sont faciles à cloner, car on peut les maintenir dans un état végétatif prolongé artificiellement simplement en conservant le cycle d’exposition à la lumière à 18/6 ou plus. Les boutures peuvent ainsi pousser jusqu’à atteindre la hauteur et la stature requises avant le changement de cycle d’exposition à la lumière qui déclenche la floraison. Avec les variétés à autofloraison, ce concept simple est totalement inapproprié, car les plantes commencent à fleurir au bout d’un certain temps, même si elles sont exposées à la lumière pendant au moins dix-huit heures par jour.

C’est la raison pour laquelle on croit généralement que le cannabis à autofloraison ne peut pas être cloné, puisque les boutures extraites d’une plante mère sont obligées de suivre son calendrier évolutif et fleurissent en fonction de l’âge au moment où elle commence sa floraison. Selon cette logique, les boutures n’atteignent pas une taille utile et le rendement est négligeable. Toutefois, une poignée de cultivateurs pensent le contraire : ils ont réussi à cloner leurs variétés à autofloraison et les laissent poursuivre leur croissance végétative jusqu’à ce que les plants soient presque aussi grands que leur mère. Une fois la taille maximale atteinte, ils commencent à fleurir.

Les boutures des variétés à autofloraison fleurissent presque immédiatement, sauf si vous suivez des directives strictes.
Les boutures des variétés à autofloraison fleurissent presque immédiatement, sauf si vous suivez des directives strictes.
Lorsque l’on tente de cloner des plants à autofloraison, il est essentiel de prendre les boutures des branches inférieures uniquement. Ces branches inférieures semblent plus stables d’un point de vue hormonal que les branches plus jeunes qui poussent en haut du plant. La tige terminale principale, appelée méristème apical, est la première partie de la plante à recevoir le signal lui indiquant qu’elle peut entamer sa floraison et cette information met du temps à s’infiltrer et à atteindre les branches inférieures : Ainsi, vous disposez d’une brève période entre la première apparition des caractéristiques sexuelles (en supposant que des graines à autofloraison, non féminisées et ordinaires soient utilisées) et l’infiltration des hormones de floraison dans tous les tissus de la plante. Cette période ne dure parfois que quelques heures et il est donc crucial d’observer les « pré-fleurs » de vos plants et de prendre des boutures dès qu’elles apparaissent.

Une fois les boutures récupérées, vous devez les maintenir humides sous un éclairage à faible intensité jusqu’à l’apparition des racines. Une fois qu’elles ont pris racine, elles entament leur croissance végétative jusqu’à atteindre environ 80 % de la taille de leur mère et produisent des récoltes finales comparables.
source

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

error: Content is protected !!
%d blogueurs aiment cette page :