Dépénalisation du cannabis : le mauvais tour du Président Macron

Spread the love

publié en septembre 2017 : ce sera la dépénalisation ! A l’instar de Justin Trudeau, le premier ministre canadien, le candidat Macron incarnait cette nouvelle génération d’hommes politiques briseurs de tabous et prônant aussi bien le libéralisme économique que sociétal.

Le candidat Macron

A l’époque, les candidats de gauche, Benoît Hamon et Jean-Luc Mélenchon avaient choisi d’aller plus loin en proposant la légalisation totale du cannabis. Mais les sondages étaient alors très favorables au séduisant Macron et certains consommateurs de cannabis ont alors peut-être décidé de voter pour lui par calcul. En l’absence d’accord entre Hamon et Mélenchon, le centriste Macron représentait la seule alternative à l’inévitable alternance et au retour de la droite dure.

Emmanuel Macron a alors amené quelques précisons sur cette nouvelle mesure. Il s’agissait en fait d’un type de dépénalisation : la contraventionnalisation. Comme nous l’ont expliqué à l’époque Macron et ses porte-paroles, la contraventionnalisation serait bien juridiquement une dépénalisation puisque les simples usagers ne pourraient plus être déférés devant les tribunaux et seraient sanctionnés d’une simple amende. Les plus optimistes d’entre nous ont alors pu penser qu’il s’agissait d’une véritable évolution, premier pas vers l’inévitable légalisation du cannabis.

Le double discours

Macron et son équipe pratiquaient à l’époque un double discours. Devant les jeunes et les personnes favorables à la légalisation, ils mettaient en avant le terme

View the Original article

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

error: Content is protected !!
%d blogueurs aiment cette page :