Le cannabis médicale et le Traitement du glaucome

Le cannabis est débattu depuis longtemps en tant que forme de traitement pour lutter contre le glaucome, et la plupart des programmes médicaux lié à la marijuana font état du glaucome comme d’une maladie traitable.

Le glaucome est une maladie complexe qui affecte les yeux. Cette maladie affecte plus de 60 millions de personnes à travers le monde, et c’est la plus grande cause des cas de cécité chez les adultes de plus de 60 ans, selon l’Académie Américaine d’Ophtalmologie. Avec les récents progrès de la légalisation de la marijuana médicinale, il est devenu plus simple que jamais pour les patients de s’auto-médicamenter en consommant du cannabis. Mais ont-il raison de faire cela? Que dit la science a propos de la consommation de cannabis pour traiter le glaucome?

COMPRENDRE LE GLAUCOME

Le glaucome est une maladie qui endommage le nerf optique situé à l’intérieur de l’œil, ce dernier est responsable du transport de l’information visuelle jusqu’au cerveau. Afin de comprendre le fonctionnement de cette maladie complexe, il est bon d’avoir au préalable une idée simple de la manière dont fonctionnent nos yeux.

Les rayons de lumière pénètrent nos yeux via la cornée avant de passer par les pupilles et le cristallin. Ces rayons sont ensuite concentrés dans la rétine, un tissu sensitif qui longe l’arrière de nos yeux. La rétine est connectée au nerf optique, qui est responsable de l’envoi de l’information et du signal visuel vers le cerveau.

Un liquide limpide, connu sous le nom d’humeur aqueuse, circule sur la partie frontale de l’œil. L’humeur aqueuse à pour utilité de nourrir l’œil ainsi que de maintenir une pression ophtalmique constante et saine. Ce fluide est drainé au travers du trabéculum.

La cause exacte du glaucome reste à nos jours inconnue. Toutefois, une augmentation de la pression intraoculaire est un des facteurs de risques majeurs associés à cette maladie. Cette pression accrue est pensée comme responsable des dommages au nerf optique, qui peuvent se conclure par une perte de vision périphérique et finalement, mener à la cécité.

La pression intraoculaire est causée par l’accumulation de fluide à l’intérieur de l’œil, qui pourrait causer des dommages au trabéculum ou au corps ciliaire, qui sont respectivement responsables du drainage et de la production de l’humeur aqueuse.

D’autres facteurs tels que, l’ethnicité, l’historique familial, une forte pression sanguine et l’obésité sont également considérés comme pouvant influencer le risque de souffrir d’un glaucome.

TYPES DE GLAUCOME

Il existe deux principaux types de glaucomes. Le glaucome chronique à angle ouvert est le plus commun, et il est connu pour être progressif, au fur et à mesure que l’œil peine à drainer le fluide. Lorsque cela arrive, le fluide commence à s’accumuler au sein de l’œil, provoquant chez le patient une pression intra-oculaire en hausse et des dommages sur le nerf optique. Le glaucome chronique à angle ouvert ne présente pas de signes ni de pertes de visions évidentes au premier abord.

Le glaucome aigu à angle fermé, quant à lui, affecte les personnes dont l’iris est anormalement proche du trabéculum, bloquant finalement le système de drainage de l’œil. Lorsque cela arrive, la pression ophtalmologique augmente très rapidement ce qui peut mener à la cécité. Ceci est connu comme une attaque aiguë, et les symptômes suivants la caractérisent :

  • Vision floue soudaine.
  • Douleurs aiguës dans les yeux.
  • Nausées et vomissements.
  • La vision d’arc en ciels et de halos autours des points de lumière.

Le glaucome aigu à angle fermé se développe généralement doucement et est souvent une maladie chronique. Tout comme le glaucome chronique à angle ouvert, il ne déclenche aucun symptôme au premier abord jusqu’au moment ou une attaque aiguë ait lieu. Les patients souffrants de crise aiguë doivent contacter leur ophtalmologiste de toute urgence.

TRAITEMENTS STANDARDS DU GLAUCOME

Le traitement standard du glaucome consiste généralement en la réduction de la pression intra-oculaire au sein-même de l’œil. Les ophtalmologistes ont tendance à faire cela en utilisant trois principaux types de traitements :

  • Des gouttes pour les yeux
  • Chirurgie traditionnelle
  • Chirurgie au laser

CANNABIS: UN TRAITEMENT VALABLE?

L’idée que le cannabis puisse aider à réduire la pression intra-oculaire (PIO), et de ce fait, aider à traiter ou prévenir les cas de glaucome a émergé durant les années 70. Des études médicales de l’époque (telles que l’étude datant de 1971 et intitulée « Marihuana Smoking and Intraocular Pressure » par Helper et Frank) ont montrés que la consommation de cannabis aidait avec succès les patients à réduire le PIO et a ouvert la voie pour des recherches supplémentaires.

Durant les années suivantes, les chercheurs ont étendu leurs recherches et ont commencé à jeter un œil plus attentif sur le cannabis et son potentiel en tant que traitement du glaucome. Certaines études se sont concentrées sur l’efficacité du cannabis fumé, alors que d’autres ont testé d’autres méthodes d’administrations, incluant l’ingestion et l’injection intraveineuse (II).

Il est important de comprendre que les recherches datant de cette époque n’ont pas seulement posées leurs regards sur l’idée que fumer un joint puisse réduire la POI d’un patient. À la place, les chercheurs ont testé toute une variété de cannabinoïdes se trouvant dans le cannabis, ils les ont tous testés ,individuellement et communément. Une étude, publiée en 1984, par exemple, a testé un grand nombre de cannabinoïdes (y compris de multiples dérivés du THC et autres) pour leurs effets sur la POI chez les lapins.

Le cannabis contient plus de 100 de ces cannabinoïdes ainsi qu’un mélange complexe de terpènes, ce sont les joueurs clefs dans le rôle de plante en tant que médecine. Malheureusement, la plupart des recherches de cette époque ne concernent qu’une poignée de ces cannabinoïdes, les plus notables étant le THC et le CBD.

Lorsque le cannabis pénètre notre corps, ses molécules interagissent avec notre système endocannabinoïde, qui est un système qui se trouve de manière naturelle chez l’humain et bien d’autres mammifères et qui produit ses propres cannabinoïdes. Le système est composé de groupes de récepteurs de cannabis (connu sous le nom de CB1 et CB2), qui se trouvent dans diverses parties du corps et du cerveau, y compris dans le système nerveux central. Plus important encore, au sujet du débat sur la consommation médicinale de marijuana contre le glaucome, est le fait que ces récepteurs soient localisés directement dans le tissu ophtalmique.

De nos jours, il existe un fort consensus au sein de la communauté médicale faisant état du fait que les cannabinoïdes se trouvant dans la marijuana peuvent réduire de manière significative la pression intra-oculaire, parfois jusqu’à 25% à 35%, rendant par conséquent le cannabis aussi efficace que les autres médicaments visant à traiter le glaucome. Cependant, le cannabis médicinal a un revers majeur lorsqu’il s’agit de traiter le glaucome; il est seulement capable de réduire la pression intra-oculaire pour une période allant de 3h à 4h.

Afin d’être efficace, le traitement d’une POI doit être maintenue 24 heures sur 24, ce qui signifie qu’un patient devrait être traité avec du cannabis entre 4 à 6 fois par jours. C’est un revers énorme, surtout lorsque l’on considère que le cannabis peut être envahissant et empêcher les patients de conduire, de manipuler des machines ainsi qu’une variété complète de taches complexes.

En plus de cela, fumer du cannabis de manière traditionnelle n’est pas ce que l’on pourrait appeler « bon pour les poumons ». Alors que des méthodes qui ne consistent pas en fumer, telles que l’ingestion (via des comestibles, des pilules ou capsules) ou la vaporisation permettent de surpasser les effets nocifs de la fumée, elles n’offrent tout de même pas de solutions sur le long terme.

Afin de s’occuper de ce problème, les chercheurs ont commencé à regarder de plus près les solutions cutanées telles que des gouttes enrichies au cannabis, car elles visent directement l’œil, évitent les problèmes liés à la fumée, et offrent possiblement une solution sur le long-terme. Malheureusement, du fait que le THC et autres cannabinoïdes ne soient pas facilement solubles dans l’eau, les gouttes pour les yeux ne se révélèrent que très peu efficaces, avec seulement près de 5% de la dose administrée atteignant la cible de manière effective.

Aujourd’hui, la plupart des ophtalmologistes ne considèrent pas le cannabis comme un traitement viable contre le glaucome. Ceci est en grande partie dû à ses effets secondaires, sa courte efficacité, et la difficulté d’administration afin de maximiser le ratio bénéfices : risques.

LE CANNABIS ET LE FUTUR DU TRAITEMENT CONTRE LE GLAUCOME

Bien que la recherche liant le cannabis et le glaucome suggère que, du moins pour le moment, le cannabis n’offre pas d’alternative viable aux traitements classiques du glaucome, ce dernier est momentanément listé parmi les maladies permettant l’accès a des programmes de marijuana médicinale dans de nombreux états des États-Unis, y compris, L’Alaska, la Pennsylvanie, l’Oregon, le Nevada, et bien d’autres.

Cela a permis de rendre plus facile que jamais l’auto-médication grâce au cannabis des patients atteints de glaucome. Et, malgré les recherches cliniques, beaucoup d’entre eux affirment que c’est une solution viable dont les propriétés dépassent largement celles des autres traitements traditionnels.

Une poignée de professionnels médicaux, de dispensaires, et même de grandes compagnies pharmaceutiques comme GW, soutiennent en effet le cannabis en tant que traitement contre le glaucome. Ce désaccord rend l’arrivée à une conclusion solide lorsqu’il s’agit de savoir de quel côté de la barrière se tenir au sujet du débat sur le glaucome et la consommation de cannabis. Quoi qu’il en soit, nous aimons rester pleins d’espoir sur le fait que, grâce aux innovations constantes de l’industrie du cannabis, nous trouverons bientôt une solution parfaite quant à la manière de traiter le glaucome en utilisant une marijuana spécialement étudiée pour l’usage médicinal.

Pour en apprendre plus sur le cannabis en tant que traitement du glaucome, contactez votre ophtalmologiste ou professionnel de la santé.

 

source:cannabis.info

Auteur de l’article : Schaka

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *