Belgique – Et si on libéralisait le commerce du…

Libéraliser le commerce du cannabis aurait des vertus bien supérieures à sa prohibition.

 

 

By: tanjila ahmed – CC BY 2.0

 

Par Alexis Grabinszki, trésorier du Parti libertarien belge.

 

Récemment, dans une carte blanche parue sur le site Internet du Soir, Julien Uyttendaele, député socialiste du Parlement régional bruxellois, s’exprimait sur le thème du cannabis, profitant de la tribune qui lui était offerte pour commettre moult erreurs et approximations.

 

La prohibition est nocive

 

En tant qu’ardents défenseurs de la liberté, et donc premiers opposants au socialisme, nous estimons important de rectifier celles-ci, afin que le public ne soit pas trompé par les amalgames du jeune propagandiste, dont nous ignorons s’ils sont dictés par la mauvaise foi ou le manque de culture libérale. Le libertarianisme, dans la plus pure lignée du libéralisme, non seulement est défavorable à la prohibition des drogues, mais apporte en outre la meilleure des réponses aux problèmes que celles-ci provoquent dans notre société.

 

Nous estimons que l’être humain doit pouvoir interagir librement avec ses semblables, sans que l’État ne se mêle desdites interactions entre individus libres et consentants. Pourquoi ? Parce que, selon nous, il n’y a pas de crime sans victime.
Or, la prohibition en vigueur actuellement est bien le fait de lois étatiques, tout comme la restriction du choix du consommateur en matière de semence ou de lieu d’achat de son produit.
Une libéralisation du commerce de cannabis sera une grande victoiresur de nombreux plans.

 

Assainir les filières

 

Tout d’abord, elle assainira le marché économique et le rendra plus florissant. Une ouverture à la concurrence, qui est source de diversité et de respect des choix de chacun, fera baisser les prix et permettra la vente d’une plus grande diversité de cannabis, à la plus grande satisfaction du consommateur.

 

Celui-ci pourra librement choisir sa filière de consommation. Certains opteront pour la qualité industrielle, d’autres pour la biologique. Certains préfèreront l’acheter dans une pharmacie, d’aucuns se rendront dans un coffee shop ou dans un cannabis social club, quand d’autres, pourquoi pas, l’achèteront par le biais d’une application du style Uber

View the Original article

Auteur de l’article : Schaka

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *