Comment faire un bonzaï cannabis

Bonsaï

Introduction

Fatigués des énormes pieds-mères qui prennent trop de place ? Un bonsaï bien fait ne prend que 20*20cm.

Une mère bonsaï, si elle est bien nourrie, produit 10 à 30 boutures tous les 14 jours sous une lampe à décharge (HPS ou MH) ou tous les 20 jours sous néons. Cela signifie que dans un espace de 1m20 sur 60cm avec 18 mères sous néons, on peut obtenir plus de 9500 boutures par an.

Nous ne sommes pas ici en train de parler de production intensive mais cela montre à quel point ce système peut être flexible et efficace. Il permet aux connaisseurs de garder une bonne sélection de variétés dans un espace relativement petit.

Image IPB
Cette mère prend un quart de l’espace que prendrait une mère normale.

Commençons par faire une mère d’une bouture, et cela est simple. Vous vous apercevez souvent que dans chaque tournée de boutures, certaines tiennent mieux debout, sont plus solides et généralement sont plus jolies que les autres. Prenez une ou deux de ces boutures, et surtout pas parmi les rebuts. Gardez à l’esprit que cette mère vous fournira en boutures 4 à 6 fois par an pendant 5 à 15 ans, donc la meilleure s’impose. Mettez la bouture dans un pot carré de 6 cm de côté. Je trouve que ces pots sont plus pratiques pour tailler les racines comme vous le verrez plus tard.

Laissez-là en croissance pendant quelques jours pour qu’elle commence à faire des racines puis taillez-la pour obtenir 3 ou 4 pousses latérales. Ces petites branches formeront le squelette principal de votre mère. Dans l’idéal elles doivent pousser en donnant au plant la forme d’une tasse. Les deux du sommet pousseront plus vite et quand elle feront environ 12 cm pincez ou coupez leurs extrémités juste au-dessus d’un nœud. Cela permettra à la seconde paire de se développer aussitôt, pincez-la de la même façon.

Image IPB
Soyez sûr que vous ferez la première taille sur votre nouvelle mère au bon endroit.

Vous devriez avoir maintenant 6 à 8 branches principales. Quand elles mesureront 10 à 15 cm elles pourront être prélevées comme première tournée de boutures. Vous devez les coupez juste au-dessus du premier nœud de la pousse. Après la taille la mère est à peine plus large que la dernière fois où elle a été taillée mais les branches principales commencent à être un peu plus épaisses.

Le temps est maintenant venu de changer de pot et de passer à la taille au-dessus, un pot de 8 cm de côté est idéal. Le prochain jeu de pousses principales comprendra entre 12 et 16 pousses, et d’autres pousseront aux nœuds inférieurs ce qui fait qu’au total, il pourra y en avoir 30 ou plus.

Image IPB

Sur la photo, la plante 1 est une bouture taillée. On a déjà prélevé deux fois des boutures sur la 2, et il est plus que temps de la mettre dans un pot plus grand. Comme vous pouvez le voir il y a une légère carence en azote, ce qui montre qu’il est mieux de rempoter après un prélèvement de boutures seulement. Sur la 3 qui est dans un pot de 8 cm, on vient de tailler 12 boutures ; deux ont été laissées pour vous montrer quelle taille elle doivent faire. La 4 est une mère de cinq ans sur laquelle on vient de prendre 32 boutures, et on aurait pu en prendre encore quelques petites. Elle est dans un pot d’un litre et ce depuis qu’elle a trois mois.

Notez comme toutes sont ouvertes en leur centre pour permettre d’éclairer l’intérieur de la plante autant que l’extérieur. Entre deux prélèvements elles se rempliront mais si vous les taillez de nouveau avec cette forme, faites encore mieux et vous aurez encore plus de bonnes boutures à chaque fois. Les plantes sont arrosées à l’eau seule jusqu’à ce qu’elles soient dans les pots d’un litre et que deux jeux de boutures aient été prélevés, puis la fertilisation commence.

Soins généraux et maintenance des mères complètement formées

Il leur faut suffisamment d’engrais pour rester en bonne santé, à savoir une solution dosée à moitié de ce qui est indiqué deux fois par mois. Cela leur donne une bonne santé générale mais sans risque de sur-fertilisation. Si vous désirez une production plus importante, changez les doses d’engrais. Toutes les deux à quatre semaines une nouvelles fournée de boutures est prélevée même si vous n’en avez pas besoin. Considérez que vous « tondez le gazon », pour garder la mère à la même taille pendant des années. Comme on prélève autant, elle peut manquer de macro-nutriments, c’est pourquoi il est conseillé de lui donner un engrais foliaire une fois par mois. Décidez de cela par rapport à l’aspect général de la plante, pas par rapport à un planning pré-établi.

Image IPB

Plantes mères sous fluorescents.

Une des choses les plus importantes qu’un cultivateur doit apprendre est d’observer de près et régulièrement. Pour savoir quand elles vont bien et n’ont besoin de rien, jusqu’aux premiers signes de carences. Un des éléments dont elles peuvent manquer est le magnésium, même avec de la chaux dolomitique dans le compost, mais cela peut être réparé avec une pulvérisation de solution de sel d’Epsom à raison de 10g par litre d’eau.

Elles auront besoin d’une taille des racines une fois ou deux par an. Cela dépend de l’intensité de la fertilisation et de la qualité de l’eau. Malgré ce qu’on dit parfois, il est quasiment impossible de nettoyer les racines des dépôts de sel. Une sur-fertilisation temporaire, oui, mais une cristallisation continuelle des sels et des dépôts de carbone, non ! Si votre eau est loin d’être pure, je vous conseille d’utiliser un filtre pour la nettoyer, pour les mères comme pour les boutures en croissance et en flo.

La taille des racines : le « Roots Trimming », et sauvetage d’un plant

Nous nous servons ici d’un pied-mère de 7 ans dont les racines n’ont pas été taillées depuis presque un an. Je l’ai délibérément négligé pendant dix semaines pour pouvoir vous montrer la récupération. Elle a été soumise à un régime d’eau seule, sans aucun engrais. Cela pour vous montrer à quel point le cannabis est robuste et jusqu’où vous pouvez laisser les choses empirer tout en gardant la possibilité de récupérer la plante. Une telle pratique n’est évidemment pas conseillée, et des négligences continuelles peuvent finir par tuer la plante.

Image IPB

Au nom de l’instruction, nous avons abusé de cette pauvre femelle.

Comme vous pouvez le voir, il reste un petit résidus de fertilisant dans le compost. La première chose à faire est de tailler pratiquement toutes les pousses qui partent des branches principales. N’en laissez qu’une ou deux petites sur chaque branche pour attirer la sève et la garder en vie. Si toutes les pousses sont enlevées, 99% des branches meurent, et le pied meure généralement en un mois ou deux. Ce n’est pas grave si les pousses restantes sont jaunes par manque d’azote, elles repartiront bientôt en croissance et redeviendront vertes dès que les nouvelles racines se formeront !

Image IPB

Ne vous inquiétez pas, elle survivra !!.

Enlevez maintenant des tranches de 3cm sur les côtés et un tranche de 3,5cm dans le fond de la motte de racines. Celle-ci passe de 11*11*11cm à 7,5*7,5*8cm après avoir raclé le vieux compost à la surface. Cela signifie que les deux tiers du substrat seront remplacés. Un compost enrichi en engrais est utilisé pour le rempotage et il ne faut qu’un jour ou deux pour que les racines se mettent à réellement pousser dans le nouveau compost.

Image IPB
La taille des racines est la clef du succès en matière de bonsaï.

Posez la boule de racines sur environ 2cm de compost, remplissez les côtés, puis finalement couvrez le tout d’environ 1cm. Cela signifie que le pied est planté 1cm plus profond à chaque roots-trimming. D’ici quelques années, je couperai la plante en deux verticalement quand les deux branches principales auront leur propre système de racines. En utilisant cette méthode les racines sont constamment renouvelées, tout comme le tronc principal qui est remplacé lentement. Cela permet de garder le pied en bonne santé pendant de nombreuses années.

Image IPB

Les quatre côtés de la motte sont taillés.

Notre seconde mère, grâce à cette technique, a atteint l’âge de 15 ans. Si vous désirez garder des pieds dans des pots plus petits, il suffit de faire de même en enlevant des tranches plus fines. Je garde mes plants-pères comme cela et certains ont plus de 5 ans.

NOTE : Il est très important de s’assurer qu’il n’y ait aucune poche d’air quand vous rempotez, aidez-vous d’un stylo par exemple, remplissez doucement et tassez légèrement.

La dernière photo a été prise 12 jours après le sauvetage. Elle parle d’elle-même ! Il y a déjà de quoi prélever une dizaine de bonnes boutures. Je dois admettre que je l’ai mise sous sodium pour accélérer son développement et ainsi finir l’article. Mais même sans ça, elle n’aurait pas mis longtemps à repartir.

Image IPB

source:cannaweed.com

Auteur de l’article : Schaka

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *