Comment expliquer le THC

Le THC (ou tétrahydrocannabinol) est bien connu pour être le principal composé psychoactif du cannabis. Mais qu’est-ce exactement que ce puissant cannabinoïde et comment interagit-il avec nos organiques ? Pourquoi les plants de cannabis contiennent-ils du THC ? Devrions-nous nous inquiéter d’une consommation de cannabis à long terme ?

Le THC est le principal composé psychoactif du cannabis et il compte parmi les plus de 80 cannabinoïdes présents dans le plant de cannabis.

Quand nous consommons du cannabis, en le fumant, le vapotant ou le mangeant, ces cannabinoïdes interagissent avec divers récepteurs situés dans notre cerveau et notre corps (qui font partie du système endocannabinoïde) pour créer divers effets.

En interagissant avec ces récepteurs, le THC a une diversité d’effets sur le corps, en provoquant des sensations d’élévation, de relaxation, d’euphorie et bien d’autres. Nous parlerons plus en détail des effets du THC plus bas.

Le THC est généralement le plus abondant de tous les cannabinoïdes présents dans le plant de cannabis.

THC ET THCA

Il est important de noter que le cannabis brut/vivant ne contient pas de THC. À la place, il contient du THCA, ou acide tétrahydrocannabinolique, un composé du cannabis non-psychoacitf.

Durant le séchage et le curing du cannabis, le THCA commence lentement à se transformer en THC. La chaleur accélère ce processus, c’est pourquoi nous chauffons le cannabis (en l’allumant ou le fumant) afin de pouvoir le savourer.

Le THCA est un cannabinoïde assez mal connu. Cependant, la recherche suggère qu’il pourrait avoir un immense potentiel médicinal et pourrait aider à traiter l’arthrite, le cancer, les maladies neurodégénératives, la nausée et la perte d’appétit.

POURQUOI LES PLANTS DE CANNABIS PRODUISENT DU THC ?

Les cannabinoïdes présents dans les plants de cannabis sont considérés comme étant des métabolites secondaires, à savoir qu’il n’ont aucun effet sur le développement et la croissance des plants.

Les plus grandes concentrations de THC sont présentes dans les trichomes des plants (les petites excroissances collantes, blanches et en forme de poil qui se forment sur les fleurs, les feuilles et les tiges des plants matures). Ces trichomes semblent jouer un rôle important pour aider les plants de cannabis à repousser les prédateurs, les nuisibles et les parasites.

Comme les trichomes renferment les plus fortes concentrations de cannabinoïdes et de terpènes, ils semblent aider à éloigner les animaux et insectes qui voudraient se nourrir des plants de cannabis alors qu’ils sont en floraison.

Les trichomes ne sont pas uniques aux plants de cannabis. Les plantes carnivores, par exemple, utilisent des trichomes pour détecter la présence de proies à l’intérieur des feuilles. Les plants de tomates ont également des trichomes sur leurs fleurs. Certaines des substances chimiques présentes dans ces trichomes semblent pouvoir aider à repousser les herbivores.

COMMENT LE THC INTERAGIT AVEC NOTRE ORGANISME ?

Quand nous consommons du cannabis, les composés de la plante entrent dans notre circulation sanguine et sont distribués dans le corps, où ils interagissent avec des récepteurs cannabinoïdes spécifiques, CB1 et CB2.

Ces récepteurs sont présents dans tout le corps, y compris dans le cerveau, la moelle épinière, les poumons, les reins et dans les systèmes gastro-intestinal, immunitaire et nerveux central.

Ces récepteurs font partie du système endocannabinoïde (ou SEC), qui est impliqué dans la gestion d’une diversité de processus physiologiques, dont l’appétit, la gestion de la douleur, l’humeur et la mémoire.

Notre corps est capable de produire ses propres cannabinoïdes, l’anandamide et le 2-arachidonoylglycérol (2-AG), qui interagissent avec les récepteurs CB1 et CB2 dans notre corps.

L’anandamide, par exemple, est produite après l’exercice physique et pourrait être responsable de la sensation d’euphorie et de sensibilité réduite à la douleur que beaucoup de personnes ressentent après l’effort physique (couramment appelée « l’ivresse du coureur »).

Comme l’anandamide et le 2-AG, le THC et les autres cannabinoïdes interagissent avec les récepteurs cannabinoïdes de notre corps pour produire les différents effets associés à la consommation de cannabis. L’analogie de la clé et de la serrure est souvent utilisé pour décrire ceci. Les récepteurs dans notre organisme sont la serrure et les substances chimiques présentes dans le cannabis (ou produites par notre système endocannabinoïde) sont les clés.

Une grande partie de la recherche à l’origine de la découverte du système endocannabinoïde chez l’homme et d’autres mammifères est attribuée au Dr Raphael Mechoulam, un chimiste organique et professeur à l’Université Hébraïque de Jérusalem en Israël.

QUELS SONT LES EFFETS DU THC?

Quand le THC interagit avec les récepteurs cannabinoïdes de notre organisme, il produit une variété d’effets, à court comme à long terme.

Il est important de se rappeler que le THC peut avoir des effets très différents selon la personne. Alors qu’il peut rendre certaines personnes calmes et paisibles, il peut provoquer de l’anxiété chez d’autres. De même, alors que certains pourraient trouver qu’il les fait glisser dans le sommeil, d’autres pourraient être nerveux et agités.

La recherche n’est pas très claire sur ce qui provoque ces déséquilibres. Ils pourraient être causés par la chimie individuelle de nos organismes, ou par différentes concentrations de THC et la façon dont il interagit avec les autres cannabinoïdes dans le cannabis.

Quoi qu’il en soit, nous avons décidé de faire la liste des effets à court et long terme les plus courants du THC. N’oubliez pas que si vous ressentez des sensations désagréables en consommant du cannabis, il faut en parler immédiatement à votre médecin.

EFFETS À COURT TERME DU THC

Les effets à court terme les plus courants du cannabis incluent :

  • Euphorie
  • Relaxation
  • Sédatif
  • Soulagement de la douleur
  • Perturbation de la mémoire
  • Énergie
  • Faim
  • Vertiges
  • Rythme cardiaque accru
  • Bouche sèche
  • Yeux rouges
  • Perception du temps ralentie
  • Rire
  • Étourdissement
  • « Cloué au canapé » ou sensation de lourdeur
  • Anxiété/paranoïa

EFFETS À LONG TERME DU THC

Il y a un manque de recherches sur les effets à long terme du THC pour pouvoir tirer de réelles conclusions sur la façon dont une consommation prolongée de THC pourrait affecter nos organismes.

En 2016, des chercheurs de l’Université Cambridge ont étudié comment la consommation régulière de THC issu du cannabis affectait la structure du cerveau.

L’étude s’est penchée sur la microstructure du corpus callosum (la région du cerveau qui connecte les deux hémisphères) chez les consommateurs réguliers de cannabis, les consommateurs occasionnels et ceux qui n’en avaient jamais consommé.

L’étude a découvert que les consommateurs réguliers de variétés riches en THC affichaient des structures anatomiques du corpus callosum différentes de celles des consommateurs occasionnels ou des non-consommateurs.

Les patients de cette étude ont eux-même rapporté à quelle fréquence ils consommaient du cannabis, ce qui est un point important. En effet, il n’y a pas eu de vérification indépendante de l’exactitude des données apportées par les patients.

Il a également été montré que la consommation régulière de cannabis riche en THC augmentait le risque de psychose chez des individus déjà prédisposés à la maladie (ou des variations de la psychose, comme la schizophrénie).

Une étude de 2016 a montré que la consommation régulière de cannabis pouvait accélérer la survenue de la psychose chez les individus prédisposés jusqu’à 3 ans plus tôt.

Une recherche récente des experts de cannabis de la Faculté de Médecine de Yale a également montré que la consommation régulière de cannabis entraînait une tolérance au THC chez les individus. Mais cette étude suggère également que cette tolérance revient à des niveaux normaux après environ 2 jours d’abstinence.

Enfin, une autre étude de 2016 publiée par le JAMA International Medecine Journal suggère que la consommation régulière de cannabis riche en THC pourrait entraîner une baisse de la mémoire. L’étude a découvert que, pour chaque tranche de 5 ans de consommation de cannabis, les participants oubliaient 1 mot dans une liste de 15 mots.

APPLICATIONS MÉDICALES DU THC

Il ne fait aucun doute que le THC possède certains bienfaits médicaux. Cependant, la discussion sur le potentiel médical de la weed (et du THC) est loin d’être close et il faut encore plus de recherches dans ce domaine.

Cependant, de récentes recherches suggèrent que le THC pourrait être bénéfique pour le traitement de :

– TSPT : Il a été montré que le THC soulageait certains des symptômes associés au Trouble de Stress Post-Traumatique. Des chercheurs au Brésil suggère qu’il est extrêmement efficace pour bloquer la reconsolidation des souvenirs de peur contextuels.

– Douleur chronique : le THC et d’autres cannabinoïdes ont montré une action réduisant la douleur chronique associée à un éventail de maladies, comme l’arthrite et la fibromyalgie.

– Glaucome : le seul moyen de traiter le glaucome est de faire baisser la tension intraoculaire (TIO). Des études des années 70 suggèrent que le cannabis pourrait être bénéfique dans le traitement du glaucome, car il semble réduire la TIO chez les patients.

– Insomnie : de nombreux consommateurs de cannabis, à but récréatif comme médical, affirment utiliser le cannabis avant d’aller se coucher pour bien dormir.

 

source:cannabis.info

Auteur de l’article : Schaka

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *